C Mo Hacer Referencias De Lectura Veloz

Tres dinámicas outdoor para dibujar

On sait aussi comment, pour protester contre l'enseignement que lui dispense le jésuite Raillane, il se réfugie avec passion dans l'étude des mathématiques, ou, pense-t-il, l'hypocrisie n'est pas possible. Ces chères mathématique dont, faisant beaucoup plus tard le bilan de sa vie, il pouvait dire encore dans La Vie d'Henri Brulard: "J'aimais et j'aime encore les mathématiques comme n'admettant pas l'hypocrisie et le vague, mes deux bêtes d'aversion."

L'égotisme est une réaction d'autodéfense de l'individu y cette époque précisément - celle de la Restauration et de la monarchie de Juillet - contre les sentiments bas, les ambitions subalternes, l'amour de l'argent, l'intolérance et l'arbitraire du despotisme: "Tout ce qui était tyrannie, écrit Stendhal, me révoltait et je n'aimais pas le pouvoir."

La révolte de Stendhal est historiquement datée. ¿Que nous montre en effet Le Rouge et le Noir? Que, dans une société soumise y la tyrannie d'une classe dominante (et l'auteur décrit très concrètement comment s'exerce, sous la Restauration, cette domination des nobles et de la Congrégation), celui que le sort a fait natre dans une "classe dite inférieure" n'a le choix qu'entre l'hypocrisie et la révolte. Et Le Rouge et le Noir, coté Julien, est révolte et non pas hypocrisie;

L'égotisme c'est la résistance y une société injuste, avec les moyens du bord. C'est la revendication d'être soi-même face y des contraintes extérieures jugées inacceptables. D'ou l'exaltation permanente du naturel qui s'oppose y la vanité, comme l'être s'oppose au paratre. Le naturel c'est la sincérité, la passion, le mépris des faux-semblants et des convenances, le refus d'accepter la règle d'un jeu social fondé sur le mensonge. Ce n'est donc pas de l'égosme et ce n'est pas seulement la volonté de se faire, suivant le mot de Valéry, "l'insulaire de l'Ile Moi" car Stendhal et ses héros professent une morale qui est, comme toute morale, une règle de la vie en société: celle de l'utilité.

Ce qui est vrai c'est que l'égotisme n'est ni exemplaire ni valable en tout temps et en tout lieu. Sa valeur est singulière, circonstancielle et se mesure y la qualité de celui qui le pratique. M. de Chateaubriand peut apparatre, c'est Stendhal lui-même qui le dit, comme "le roi des égotistes", il opère cependant sur un autre registre que l'auteur du Rouge et Noir, qui remarque: "Je suis comme une femme honnête qui se ferait fille: j'ai besoin de vaincre y chaque instant cette pudeur d'honnête homme qui a horreur de parler de soi."

A plusieurs reprises, dans son Journal, il feint de s'excuser d'avoir recours au mot et y la chose comme s'il était inconvenant de parler de soi. Ne soyons pas dupe de cet accès de modestie littéraire y laquelle il nous convie sans beaucoup y croire.

C'est le singulier épisode du "vert de houx" lorsqu'elle frotte une de ses joues avec ce produit pharmaceutique qui a la propriété d'enlaidir momentanément les plus charmants visages. Elle veut vérifier si le jeune duc qui est amoureux d'elle résistera y cette épreuve. Estimant que l'amour véritable ne peut se contenter de l'apparence, elle entreprend ce jeu singulier, un peu comme cette hérone de l'Astrée qui se déchire le visage avec son diamant pour s'assurer qu'elle est réellement aimée. Telle est l'exigence absolue de la passion selon Stendhal. Telle aussi la méfiance profonde de ses héros y l'égard de ce qui leur parat mensonge, truquage, hypocrisie dans "cet ignoble bal masqué qu'on appelle le monde" (Lucien Leuwen, cap.

Dès son enfance au contraire, le jeune Beyle se révolte devant toutes les manifestations d'hypocrisie. Et y la fin de sa vie, il remarque dans Henri Brulard: "La société prolongée avec un hypocrite me donne un commencement de mal de mer."

Mais c'est peut-être le personnage de Lamiel - sorte de double féminin de Julien Sorel - qui manifeste avec le plus d'éclat son dégoût de l'imposture et son refus d'être dupe des fausses apparences: "Le premier sentiment de Lamiel y la vue d'une vertu était de croire y une hypocrisie." Elle pousse même jusqu' l'absurde cette volonté d'être sincère pour sa part, quoi qu'il en coûte, et d'être aimée en retour pour elle-même et non seulement pour sa beauté.